Chronique « saison 2 » de Sönke en français

Chronique de ma vie à Buxtehude (2) (27 décembre 2015)

Mes activités musicales en 2015 et en 2016
Parfois les choses tournent différemment que l’on a pensé. Qu’est-ce qui s’est passé ?

Après que nous ayons trouvé Conny comme nouvelle chanteuse, les répétitions de mon groupe Easy Jazz étaient très réjouissantes. Nous nous sommes mis d’accord pour voyager à Blagnac fin octobre 2015 dans le but de donner deux concerts. J’avais composé deux chansons en 2014 pendant mon séjour à Blagnac, dont la première s’intitule « L’art de vivre des Blagnacais ». Bien que Conny ne parle pas français, sa prononciation n’était pas mal. De plus, je l’ai aidée très souvent avec les paroles. Fin janvier 2015, on s’est réjoui du premier concert avec exclusivement mes propres compositions. En fait, on avait prévu de le partager avec un autre groupe. Malheureusement, cet événement a été annulé par l’organisateur deux jours avant, parce que très peu de gens s’étaient inscrits avant. En mars 2015, on a donné le premier concert avec Conny dans un hôpital; nous étions tous de bon humeur, comme toujours. Mais au matin suivant, j’ai reçu un e-mail du batteur disant qu’il prévoyait de quitter le groupe. La réunion suivante nous a révélé que les buts des membres d’Easy Jazz n’étaient plus les mêmes. C’est-à-dire, j’étais le seul à rêver du succès avec mes propres chansons et de les jouer un jour exclusivement. C’est pourquoi nous nous sommes séparés sans jamais avoir parlé encore une fois du projet prévu pour octobre 2015.
« Et maintenant, que vais-je faire, … ». Je me suis souvenu de ces mots d’une chanson de Gilbert Bécaud, quand j’ai commencé à chercher une solution idéale pour les concerts à l’occasion du 30ème anniversaire du jumelage entre Blagnac et Buxtehude. Un groupe complet avec un batteur et un bassiste n’est jamais facile à former rapidement. Il me semblait le plus important de trouver une chanteuse. Une amie d’une collègue m’a recommandé Bec Lavelle, une Australienne qui vit à Hambourg depuis 2011. Après un concert à Neu Wulmstorf le 1er mai 2015 elle m’a donné son accord pour participer fin d’octobre. Mon frère Ulrich m’a dit qu’il avait envie de jouer du piano à quatre mains avec moi. Ensuite j’ai écrit plein de nouveaux arrangements de mes propres morceaux et de quelques standards jazz pour ce trio. On a fait environ huit répétitions chez moi, au début exclusivement avec Ulrich ou avec Bec, plus tard surtout ensemble. Enfin nous sommes allés à Blagnac pour faire les deux concerts fin d’octobre – après une semaine de vacances d’ « été » très agréable. Plein d’informations, jolies photos et vidéos de ces concerts se trouvent depuis longtemps au site Web de l’Amicale. C’est pourquoi je ne répète pas les détails de ces événements. Malgré les difficultés avant et grâce à l’organisation parfaite de l’AFA, les concerts étaient un grand succès pour nous.
En février 2015, j’ai fait la connaissance de la poète Ute Latendorf qui vit à Buxtehude avec sa famille. J’avais déjà le grand plaisir de mettre un choix de ses poèmes en musique. La création de la chanson « Leben lernen » a eu lieu à Blagnac le 28 octobre 2015. Plusieurs chansons de paix écrites par Ute Latendorf ont été présentées au public par Gevorg Darbinyan, un chanteur arménien, et Ilka Kuhn, la chanteuse ancienne d’Easy Jazz. Ute Latendorf a écrit les paroles d’une chanson sur Buxtehude. Je viens de les mettre en musique pour qu’elle soit publiée entre autres au site Web de la mairie de Buxtehude.
En novembre 2015 j’ai contacté le directeur d’un studio à Buxtehude. Je prévois d’y enregistrer un album contenant plusieurs chansons de paix d’Ute Latendorf. De plus, je vais reprendre l’album « The New Latin Groove » avec Rüdiger Simoneit, notre guitariste ancien d’Easy Moving. Pour ce projet, il me faut développer une « métamorphose musicale » vers le Latin Rock de Carlos Santana en changeant plusieurs arrangements d’Easy Jazz.
En janvier 2016, il y aura la première répétition avec Laura Devyver, une chanteuse française vivant à Hambourg. Avec elle, je prévois de reprendre la chanson « L’art de vivre des Blagnacais » au studio à Buxtehude pour que les paroles soient comprises par tous les francophones!
Bien que je n’aie pas encore trouvé des musiciens pour former un nouveau groupe, j’ai toujours assez de projets musicaux qui me donnent beaucoup de plaisir.

Chronique de ma vie à Buxtehude (1) (20 octobre 2014)

Mes activités musicales après mon séjour à Blagnac

Je me suis habitué à la vie à Buxtehude très vite après que je suis rentré de Blagnac le 2 juillet 2014. Mon séjour en France était très agréable. Mais ici je pouvais recommencer beaucoup d’activités du temps avant, surtout la musique avec mon groupe Easy Jazz et le travail au lycée (Gymnasium Süd) comme professeur de musique et d’anglais depuis la rentrée le 11 septembre 2014. Ma profession n’est pas facile, mais elle me donne le fondement financier. J’aime travailler avec des enfants ce qui est toujours plus agréable avec calme et assez d’humour. Par contre, mes activités musicales privées prennent de plus en plus d’importance pour compenser toutes les difficultés de mon métier.
Les membres du groupe Easy Jazz sont très heureux que je participe aux répétitions de nouveau après mon absence. Il avait été un défi extraordinaire pour eux de jouer mes morceaux sans piano pendant plusieurs mois. En juillet, on a joué pour accompagner un service dans l’église « St. Paulus » au sud de Buxtehude ; de plus, il y a eu un concert dans un hôpital. Comme d’habitude nous avons représenté quelques standards jazz et mes compositions latino-américaines du CD « The New Latin Groove ». La chanteuse sur cet album, Ilka Kuhn, a quitté le groupe en février 2014 parce qu’elle ne veut pas faire trop; elle est aussi très active dans un chœur de gospel comme soliste. Pour avoir du succès avec mes chansons nous sommes en train de chercher une nouvelle chanteuse qui chante aussi bien ou mieux qu’elle. Il y a eu plusieurs répétitions avec trois candidates. Pour nos projets prévus en 2015, elles devraient aussi aimer chanter en français. Nous allons choisir la chanteuse la plus expérimentée à la fin d’octobre.
Jusqu’à 2012 il y avait Easy Moving, un groupe rock s’étant spécialisé dans le rock des années soixante-dix, surtout les morceaux les plus connus de Carlos Santana. Malgré la fin d’activités régulières on donne parfois des concerts, par exemple à Harburg, un quartier d’Hambourg, il y a une semaine. C’était le groupe Easy Moving qui a joué la création de la chanson espagnole « El pianista no baila » (= « Le pianiste ne danse pas ») en 2010. Autant que vous sachez elle se trouve sur l’album « The New Latin Groove ».
Qu’est-ce qui se passe à Buxtehude en plus? Il y a beaucoup de concerts au « Kulturforum am Hafen », à « Halepaghen », au « Forum Süd » et au « Theater im Hinterhof ». Le spectacle le plus connu, le plus grand et le plus extraordinaire était sans doute « Rock meets Classic » le 3 et 4 octobre 2014. Un groupe rock, un grand orchestre, des chanteurs connus et une chorale d’enfants ont représenté plein de morceaux de rock et classiques populaires la dixième fois. Même Bernard Keller, le maire de Blagnac, était présent; il s’est réjoui d’entendre une version orchestrale de « Non, je ne regrette rien » d’Édith Piaf. Il aimerait pouvoir faire produire « Rock meets Classic » aussi à Blagnac.

Rock meets Classic, Buxteh.Tageblatt  4.10.2014

Publicités

4 réflexions au sujet de « Chronique « saison 2 » de Sönke en français »

  1. Tu nous fais regretter de ne pas être à Buxtehude! Tant de spectacles… heureusement, ici aussi, le choix est énorme…

    Si tous les enseignants pensainet comme toi , surtout au lycée

    « J’aime travailler avec des enfants ce qui est toujours plus agréable avec calme et assez d’humour.  »

    les ados réclameraient davantage de cours!

    Humour, calme, passions, voici les recettes d’une vie saine… A rappeler à tous nos hommes politiques peut-être?

  2. Merci pour cette chronique dont l’écriture et la traduction s’ajoutent à de nombreuses activités !
    Merci aussi de travailler musicalement « für unsere Projekte im Jahre 2015 » !

    1. Je me réjouis déjà de nos deux concerts à Blagnac le 28 et 30 octobre 2015. Bec Lavelle est une chanteuse originaire de l’Australie. Elle habite en Hambourg depuis 2011; elle ne parle pas français, mais bien l’allemand.

  3. Bravo pour avoir relevé en 2015 le défi d’assurer les deux concerts à Blagnac malgré la dissolution en mars d’Easy Jazz !
    Que 2016 te permette de réaliser les projets musicaux que tu as déjà en tête … plus d’autres susceptibles de t’enthousiasmer !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s